AccueilNewsBiographiesAlbums & DVDDossiersPresseMultimédia                 Facebook MetstreetTwitter MetstreetAjouter aux favoris

Accueil > Biographies > Rob Trujillo > Interview juin 2003

INTERVIEW ROB TRUJILLO (juin 2003)


Le 24 février 2003, plus de deux ans après le départ de Jason, Robert Trujillo est engagé en tant que nouveau bassiste au sein de Metallica.
Voici une interview de Rob réalisé en juin 2003, entre la sortie de St Anger et les premiers concerts, qui nous permet d'y voir un peu plus clair sur son recrutement au sein de la 'Tallica Family ...


······················································································
Autres infos sur Robert Trujillo:  
FICHE - LA STORY - SON EQUIPEMENT - PHOTOS
······················································································
 



Comment s'est passé le recrutement ?
 
Le groupe a dressé une liste de cinq types avec qui ils sentaient pouvoir s'entendre. Des gars qui étaient à peu près du même âge, qui avaient la même expérience de la scène, grande ou petite, qui connaissaient tout le travail autour de l'enregistrement d'un disque. Surtout des gars avec qui ils se sentaient bien, des potes. Ils ne voulaient pas se lancer dans une campagne massive, avec des centaines de bassistes débarquant du monde entier. Ils souhaitaient quelqu'un en qui ils puissent avoir confiance. ils ont donc sélectionné quelques noms. Je suis ensuite monté à San Francisco. Le premier jour, j'ai traîné avec les membres du groupe, histoire qu'on fasse un peu mieux connaissance. Je crois que je n'avais pas vu James depuis le concert à Vincennes en 1993. Lars, je le connaissais à peine. Avec Kirk, c'est différent, on fait souvent du surf ensemble. Cà nous est arrivé deux ou trois fois l'an passé. Mais ce n'est jamais pour parler musique, c'est juste pour se détendre. On passe du bon temps, tranquilles, à discuter dans l'eau, pas comme si on était à une fête quelconque sur les collines d'Hollywood à boire des coups. Je me souviens que la première fois qu'ils m'ont appelé, j'étais à Tahiti. je vérifiais les messages sur mon répondeur et je tombe sur plusieurs messages de Metallica. Merde ! Je travaillais toujours plus ou moins avec Ozzy à ce moment. Je me suis posé la question, est-ce que je dois aller les rencontrer ? J'avais vraiment envie d'y aller. J'ai hésité. Je voulais prouver - à moi surtout - que j'étais de taille à rejoindre Metallica ...


Il y avait comme une "guerre à l'intérieur de ta tête" ?
  
Exactement, une drôle de sensation de nervosité. J'y suis allé, on a bien sympathisé. Le soir, je suis allé boire un coup avec Lars et on a discuté de tas de trucs. Le lendemain, on a joué quelques morceaux. Cà s'est super bien passé, il y avait de bonnes vibrations et une excellente osmose entre nous. Mon "audition" a duré trois jours et puis je suis rentré chez moi. C'était à l'automne, je suis retourné à mes autres occupations sans trop me prendre la tête. Et puis, après Noël, ils m'ont rappelé. Là, je me suis dit : "Merde, ils veulent me refaire passer un test". Et puis, quand je suis arrivé au HQ, j'ai été accueilli sous un tonnerre d'applaudissements. Moi qui n'avait jamais eu de fête surprise pour mon anniversaire, on peut dire que çà m'a fait un choc ! J'ai eu un peu de mal à y croire mais James, Kirk et Lars sont venus m'annoncer qu'ils seraient très honorés si j'acceptais de devenir le nouveau membre de Metallica.



Entre ton arrivée et le mix final, il s'est écoulé près de quatre mois, est-ce que tu as pu avoir une influence quel- conque sur les parties de basse du nouvel album ?
  
St. Anger a été écrit à trois, mais on sent clairement que ce n'est pas uniquement l'oeuvre de deux guitaristes et d'un batteur. Ils ont composé des lignes de basse, rudes, complexes et très présentes. Si tu écoutes attentivement, ne serait-ce que "Frantic", tu te rends compte de la complexité des lignes composées. (Et Rob de mimer et de chanter). Bob Rock, qui a vraiment une très grande expérience de la musique, a su insuffler une vie propre à cet espèce de bassiste virtuel. Au moment de mon arrivée, tout était déjà en boîte. J'ai fait quelque suggestions pour le mixage final dont il a été tenu compte.


A partir de quel moment as-tu senti que tu étais bien intégré au groupe ?
  
On m'a installé un coin à moi au premier étage du studio. J'ai commencé à apprendre les morceaux du nouvel album. Pour les anciennes chansons, j'en connaissais quelques unes mais il fallait que j'enrichisse mon répertoire en prévision des futurs concerts de la tournée. D'autant plus que les autres n'arrêtaient pas de me dire "Tiens, on va jouer celle-ci plutôt que celle-là !". La liste changeait tout le temps. Du coup, en plus des répétitions au cours desquelles nous jouions tous les quatre, je passais beaucoup de temps dans mon coin à décrypter tous les morceaux. Un jour, il y a eu une grosse réunion. Le groupe, la maison de disque, le management, les gens de la pub, etc... Et puis, je ne sais plus qui a dit : "Une minute, où est passé Rob ? Il fait partie du groupe, il devrait être là !". Moi évidemment, j'étais plongé dans mes répétitions à l'autre bout du bâtiment et j'ai dû rappliquer dare-dare. Cà a été le déclic. L'impression s'est vraiment installé quelques jours plus tard, pendant qu'on jouait. Cela faisait quelques années que j'étais devenu comme un "prestataire" en tant que bassiste pour Ozzy Osbourne. Et là, d'un coup, je me suis dit que j'étais de nouveau dans un groupe, un vrai groupe. Une sensation très agréable !




"Cela faisait quelques
années que j'étais
devenu comme
un "prestataire" en tant
que bassiste pour Ozzy
Osbourne. Et là, d'un
coup, je me suis dit que
j'étais de nouveau dans
un groupe, un vrai groupe.
Une sensation très
agréable ! "
C'est sur scène que tu vas totalement t'approprier les morceaux, c'est là que tu vas leur appliquer ta marque de fabrique, non ?
 
J'y compte bien. D'autant plus que j'espère que pas mal de gens vont découvrir Metallica avec cet album. La plupart des autres fans du groupe appréciaient ce que je faisait au sein de Suicidal ou d'Infectious, donc j'ai moins d'appréhension à me laisser aller sur scène avec des titres que je n'ai pas composés. J'ai mon propre style mais il ne faut pas que cela déteigne. Metallica avant tout, et c'est déjà énorme. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire que j'y ajoute des grooves funky ou du slap. De plus, j'ai eu une excellente réaction des autres après les premières répétitions. Ils ont redécouvert le fait qu'on pouvait se passer de médiator pour jouer de la basse et que mon jeu était probablement plus proche de celui de Cliff Burton que de celui de Jason. Je pense que je peux prendre çà comme un compliment !



Tu es nouveau au sein du groupe mais tu es loin d'être un bleu, comment envisages-tu la collaboration avec les autres sur les futures compos ?
 
C'est vrai qu'avec Mike Muir, pour Suicidal Tendencies et Infectious Groove, on travaillait en étroite collaboration, toujours à faire des recherches, à étendre nos connaissances sur les différents styles musicaux. Avec Ozzy, c'était différent. Ozzy est un mec génial et affectueux, probablement l'un des types les plus drôles que je connaisse mais si il est d'humeur créative une ou deux fois par mois, on peut s'estimer heureux. Moi je suis plutôt boulimique. C'est mon père, qui est guitariste, qui m'a enseigné cela. Je sais que Kirk est un peu comme çà aussi, qu'il s'intéresse à tous les types de musique, le classique, le jazz, toujours dans l'espoir d'explorer de nouveaux territoires, de trouver de nouvelles idées pour ses riffs. C'est cette ouverture que j'espère retrouver avec Metallica. Cependant, il ne faut pas oublier que Lars, James et Kirk travaillent ensemble depuis plus de vingt ans, c'est pas évident d'arriver au sein d'une famille aussi soudée. Est-ce que mes idées passeront ? Seul l'avenir nous le dira. Pour l'heure, je suis trop content de faire partie du groupe, j'ai l'impression d'être un gosse au matin de Noël...


 
 
Interview réalisé par Jean-Marc Toussaint
Paru dans Compact - Crossroads (n°12 - été 2003)




   CONTACT
   LIVRE D'OR
   LIENS INTERNET
   A PROPOS DU SITE

+ D'INFOS
SUR ROB TRUJILLO :

   › FICHE D'IDENTITÉE
   › LA STORY
   › SON ÉQUIPEMENT
   › PHOTOS

 

Les autres membres :

   • James Hetfield (guitare & chant)
   • Lars Ulrich (batterie)
   • Kirk Hammett (lead guitar)

   • Jason Newsted (basse 1986-2001)
   • Cliff Burton (1982-1986)
   • Dave Mustaine (1981-1983)
   • Autres ex-membres

L'histoire du groupe