AccueilNewsBiographiesAlbums & DVDDossiersPresseMultimédia                 Facebook MetstreetTwitter MetstreetAjouter aux favoris

Accueil > Articles > Le nouvel album > Interviews 2007

INTERVIEWS 2007


Voici des interviews (ou extraits d'interviews) de Metallica réalisées ces derniers mois, et où il est notamment question du prochain album, du déroulement des sessions studio, de leur collaboration avec le producteur Rick Rubin, etc...

 
 
 
Accéder directement à une interview :

 
· Interview Kirk - Rock Tribune (juillet 2007)
· Interview Lars - Metal Hammer (juillet 2007)
· Interview James - Kerrang ! (juillet 2007)
· Interview James - télévision norvégienne (10 juillet 2007)
· Interview James, Kirk et Rob par Joel McIver (juillet 2007)
· Interview Rob - Rock Hard (réalisée le 22 mai 2007)



Interview Kirk
Revue allemande Rock Tribune (juillet 2007)

 
 
Rock Tribune : Quel est l'impact de Rick Rubin sur Metallica ?
 
Kirk : Il a de grandes idées au sujet de la musique, çà c'est sûr. Il dit son avis en toute honnêteté, et c'est quelque chose que nous apprécions vraiment. La grande différence avec Bob est que Rick n'est pas un musicien, il s'exprime seulement en termes comme "intéressant" ou "pas n'intéressant". Quand Bob n'aimait pasquelque chose, il arrivait toujours avec un avis théorique que nous pouvions appliquer pour régler l'aspect non intéressant, par exemple jouer une notre plus forte qu'une autre. Rick reste toujours simple, il dit juste "Faites mieux". Après tout, nous aurions du cesser de travailler avec Bob il y a longtemps. Nous n'avons rien contre Bob, il nous a tellement donné et a toujours donné le meilleur qu'il a eu. Mais nous avons eu besoin de nouvelle approche "fraîche", ce que Rick peut nous apporter .
 

Rock Tribune : C'est un fait connu que Rick Rubin n'aime pas les chansons longues. Jouez vous toujours la chanson de plus de 9 minutes comme lors des derniers concerts (la "New Song") ou alors Rick est intervenu et a coupé toutes les chansons aux trois quarts ?
  
Kirk : (Rires) Je peux dire qu'il y aura quelques longues chansons sur ce nouvel album, certaines parties ont même une sonorité orientale en elles. Je crois que notre plus longue chanson du moment franchit la barre des 9 minutes, et fais moi confiance, Rick pense que c'est très intéressant. Je peux assurer à tous les critiques que cette fois il y aura des solos, même James s'y colle sur cet album.


Rock Tribune : Metallica a toujours essayé d'être ouvert pour leurs fans. Il y a toujours un Meet & Greet quand vous faites un concert. Il y a également "Some Kind Of Monster" ou vous vous ouvrez plus qu'aucun groupe ne peut le faire je pense. Que pensez-vous personnellement de tout ceci ?
  
Kirk : En fait, je regrette vraiment le fait que nous ayons enregistré ce film. J'étais totalement contre, mais Metallica est une démocratie. J'étais dans la minorité, ainsi j'ai eu à l'accepter. Je ne pense pas que le reste du monde devrait savoir tout de nos discussions internes. Il y a quelques moments vraiment intimes [...]. Quoi qu'il en soit, après tout c'est sûr que c'est quelque chose positif, mais ce n'est pas quelque chose que nous ferons encore, çà c'est sûr.


Rock Tribune : Quel genre de musique aimez vous de nos jours, de la prétendue nouvelle génération ?
  
Kirk : Les gars de Trivium sont mes préférés, c'est sûr. J'aime également Mnemic, ils ont ouvert pour nous au Danemark. Mais je n'aime pas seulement la scène metal. J'aime Muse et The Mars Volta. Ils ont vraiment une approche différente de faire de la musique que les groupes de metal. Interpol est un autre groupe que je trouve cool. Je vais surement allé les voir quand ils vont commencé leur set tout à l'heure.
 

Traduction : Lexxpowah
Photo par Ross Halfin (www.rosshalfin.co.uk)

 
  

† Retour en haut de page

 

  

Interview Lars
Metal Hammer (juillet 2007)

 
Metal Hammer : Vous avez déjà enregistré les parties de batterie, de guitare et la basse, le reste venant au cours d'août.
 
Lars : Les 'backing tracks' sont effectivement terminées. Mais Rick aime garder les choses brutes et bosser d'une manière qu'on peut qualifier "au coup par coup". Si on continue à bosser en août, on devrait avoir tout bouclé en octobre.
 
Metal Hammer : Rubin est connu pour ne pas être foncièrement présent. Quel rôle a t il endossé dans ces seances au studio ?
  
Lars : Jusque là, il a été présent tous les jours. Il analyse pas forcément les tempos de ma batterie ni dit à James comment il devrait s'accorder. Il se focalise davantage sur le ressenti : tout le monde joue t'il bien ensemble ? Rick est un gars qui ressent beaucoup.

Metal Hammer : Lui est il permit de dire quand un truc craint ?
  
Lars : Bien sûr, et crois moi il s'en prive pas. Il ne prends pas de gants, il dit clairement ce qu'il pense, en bien ou en mal.

Metal Hammer : Comment avez vous fait pour vous séparer de Bob ?
  
Lars : [fronçant les sourcils] C'est pas un mot que j'aime employer. Ca faisait quasiment 20 piges qu'on enregistrait des albums ensemble. On en était arrivé au stade où l'un finissait la phrase de l'autre. On ressentait le besoin de se tourner vers un autre pour la sauvegarde du groupe.
 
Metal Hammer : Et comment lui avez vous annoncé que c'etait fini ?
 
Lars : On a enormément parler au téléphone C'est ainsi qu'on a fait. Je le dis souvent : Bob avant d'être notre producteur, était notre ami. Notre amitié n'a aucunement souffert de ce changement.



Metal Hammer : En prenant Rick Rubin, qu'espèriez vous accomplir ?
 
Lars : Une certaine progression. Tout remettre au propre avant d'entamer la composition. Je le connais depuis un bail mais on avait jamais bossé ensemble. Il apporte une grande bouffée d'energie et de dynamisme.

Metal Hammer : Considérant le retour de "...And Justice for All" dans vos setlist, les commérages d'internet commencent à déclarer que certaines nouvelles chansons seront longues ...
 
Lars : Je ne dirais pas qu'elles sont plus longues que ce qu'on a déjà fait. On a toujours écrit de longs titres. La plupart du nouveau matos tourne entre 6 et 8 minutes, à l'exception d'un titre faisant 5. On travaille sur 14 chansons avec objectif de toutes les achever car on les adore toutes. Mais sachez que seules 9 ou 10 finiront sur l'album.

Metal Hammer : Kirk a déclaré que bien qu'étant le 11eme album studio, il avait le sentiment d'en être qu'au 6ème. Certains d'entre vous considèrent donc "St Anger" comme une erreur de parcours ?
 
Lars : Pas du tout. La seule erreur jamais commise a été de porter cette chemise en cuir blanche (portée par le batteur durant sa periode "je suis une rock star" pendant la tournée avec Guns'n'Roses en 1992). L'affaire Napster n'était pas une erreur, même si elle nous a porté préjudice. Notre musique a toujours été sincère. C'était la meilleure chose à faire en 2003. Je l'ai réécouté il y a quelques semaines, et c'est vrai que c'est un disque difficile d'accès. Je le reconnais. Mais quand on l'a achevé, j'en étais aussi fier que tous les autres disques.

 
Metal Hammer : Tu dois savoir qu'à l'époque du buzz "Some Kind of Monster", certaines personnes, dont Kerry King, vous ont appelés "des vieux croûtons fragiles" qu'ils ne prendront plus jamais au serieux.

 
Lars : Oh écoutes en fait la seule et unique raison qui nous a motivé à faire ce film, c'était emmerder Kerry King. C'est tellement génial d'être sa source de distraction !

Metal Hammer : Aussi passionnant qu'il est, tu ne crois pas que vous auriez dû laisser ce documentaire dans un placard fermé ?
 
Lars : Il y a probablement des arguments pour dire ça. Mais depuis le 1er jour, Metallica a toujours entretenu une vraie relations avec ses fans. Contrairement à d'autres formations comme Led Zeppelin qui tentait à tout prix de garder une aura mystique, on a tout fait pour être aussi accessible que possible. Nos racines Punk doivent y être pour beaucoup sur ce sujet. 'Some Kind of Monster' n'était rien d'autre que la suite de cet état d'esprit.
 

Metal Hammer : Donc si je comprends bien, tu n'es pas d'accord avec l'argument de l'âge avancé par Kerry ?
 
Lars : Bien sûr que si. S'il deteste tant que ça SKOM, alors c'est le seul argument dont j'ai besoin.

Metal Hammer : Ceci dit, "Some Kind of Monster" a mis en lumière de nombreuses questions concernant la cohésion du groupe. Comment ça se passe maintenant ?
 
Lars : C'est évident que ça a amené de grosses questions. Mais tu dois garder en tête que ça fait 5 ans que tout cela est passé maintenant. Phil n'est plus avec nous. D'ailleurs en parlant de lui, il nous disait sans cesse que la musique ne bénéficierait de son travail qu'à partir de l'album suivant "St Anger". Et à mon avis, il avait complètement raison.
 
 
"Ce disque contient une forme
de dynamisme avec des parties
lentes, d'autres très rapides, des
mélodiques et des heavy. Rick
se concentre vraiment sur la
voix de James, mais
musicalement, ça assure
sévère." - Lars
Metal Hammer : Tout le monde n'apprécie pas les New Songs jouées en tournée.

 
Lars : Oui, et que devons nous faire alors ? Faire payer une amende à ceux qui sont partis du concert? Ou arrêter de les jouer ? J'ai été sur notre forum, où beaucoup de plaintes sur pas mal de sujets apparaissent. Mais concernant notre concert d'hier [donné à Wembley], tout le monde s'accorde à dire que c'était notre meilleure prestation en Angleterre depuis nos débuts.
 

Metal Hammer : Est ce que la grogne des fans mécontents est à l'origine de l'exclusion du nouveau morceau sur la setlest de Wembley ?
 
Lars : Non, non...Pas du tout. On a toujours essayé de jouer une setlist différente tout les soirs. On a joué une nouvelle chanson l'an dernier à Donnington, et on voulait juste faire un set complètement différent cette fois.

Metal Hammer : Considères tu le nouvel album comme un album de thrash metal ?
 
Lars : Oh attends, je vais regarder la définition de ce terme dans mon dictionnaire.
 
Metal Hammer : Ce n'est pas l'album que les fans veulent vous voir faire ?
 
Lars : Je sais que quelques uns le souhaitent. Mais c'est plus facile de te dire ce que ce ne sera pas. Ce ne sera pas "St Anger II". Ce disque contient une forme de dynamisme avec des parties lentes, d'autres très rapides, des mélodiques et des heavy. Rick se concentre vraiment sur la voix de James, mais musicalement, ça assure sévère. Tu peux donc eventuellement dire que ce disque entrera dans la catégorie que tu as cité, mais en même temps, n'importe qui ayant suivi notre carrière te dira qu'on regarde toujours devant nous, pas derrière.

 
Metal Hammer : Avez vous l'impression de devoir quelque chose aux personnes qui aimaient Metallica à leur début, mais qui n'apprecient pas ce que le groupe a fait depuis le "Black Album" ?
 
Lars : Euh non. Absolument pas. Je me dois d'être là pour mes gamins, d'être un bon partenaire pour ma compagne. Vis à vis de moi, je me dois de créer une musique sincère, honnêtes et qui me fasse bander. Bien sûr que c'est agréable d'avoir des tas de personnes qui te suivent. Mais les critiques ont commencé il y a un sacré bail, quand on a mis de la guitare sèche sur 'Fade To Black' . On a compris que quoi que nous fassions, ce gens ne cesseraient de nous descendre. Depuis cet instant, on a arrêté de tenter de leur plaire.

Metal Hammer : Quand espères tu sortir cet album et faire une tournée décente ?
 
Lars : On le mixera en novembre et sortira l'an prochain. Peut être vers février. Pour ce qui est des concerts, on ne sera pas aussi intensif qu'avant. Il n'y aura pas 39 dates dans le Dakota du Nord par exemple [rires] Je ne peux pas te dire qu'il y aura une tournée des salles anglaises. Mais les choses seront faites dans des conditions plus modestes. Au lieu de faire 14 concerts en 18 jours, on les fera en 2 étapes de 2 semainess avant de rentrer à la maison.
 
Metal Hammer : C'est ce que tu pourrais qualifier de "en faire moins pour en faire plus" ?
 
Lars : Oui, ou "prendre plus de temps pour faire la même chose" Ce qui s'applique aussi pour la conception d'un disque. Les gens demandent pourquoi on met 2 ans pour faire un album. La raison est qu'on ne s'enferme plus 16 heures dans un studio, 6 jours par semaine. On travaille 6 heures, après avoir emmené les enfants à l'école et avant d'aller les rechercher. Le disque se réalise, mais ça prends juste davantage de temps.

Un grand merci à Shub pour la traduction
Photos par Ross Halfin (www.rosshalfin.co.uk)

 
  

† Retour en haut de page

 
 

Interview James
Kerrang ! (juillet 2007)

 
Kerrang ! : Vous bossez actuellement sur le nouvel album avec Rick Rubin, qui a la réputation d'être un producteur "absent"
  
James : Oh, je l'ai rencontré une fois, je l'ai envoyé bouler dans le couloir ! (rires) Non, on était au courant de sa réputation quand nous avons décidé de le prendre. Sur "St Anger" Bob Rock a tout fait : producteur, ingenieur du son, bassiste, babysitter, père.. Rick est tout le contraire, il n'est pas ici pour faire du gardiennage. La première fois qu'il est venu, il a été clair : "Je veux que vous m'impressionniez, je veux que vous me donniez le sentiment de tout recommencer à zéro". Il souhaite réellement que nous retrouvions notre état d'esprit de "Master of Puppets". On sait que c'est impossible de refaire ce que nous faisions il y a 20 ans, ça serait complètement con, mais nous devons au moins retrouver l'appétit.
 
 
Et donc, est il impressioné par le résultat actuel ?
 
Rubin est très doué pour capter le feeling d'une chanson, et s'il n'aime pas un truc, il hésite pas à l'ouvrir. Au début, on bossait sur une vingtaine de morceaux, mais nous les avons réduit à 14 depuis qu'il est arrivé. Il ne dira pas "Ce titre pue", mais il fera des suggestions, et j'apprécie ce comportement. Avec "St Anger", c'était devenu si ouvert que l'on était plus concerné. Cette fois, on entend plein de "Désolé les gars, mais c'est pas terrible". On vise l'excellence.

La démocratie pratiqué en studio sur "St Anger", a-t-elle disparue sur la confection de cet album ?
  
Complètement. C'était totallement ingérable. On était passé du stade de se vanner sans arrêt et se faire la gueule à celui d'accepter la moindre idée de merde afin de ne blesser personne. Et ça n'a pas vraiment marché !

C'est étrange que vous preniez le temps de partir en tournée alors que vous êtes en plein enregis-trement...
  
En fait, on espère que ça nous donnera de l'inspiration pour améliorer notre niveau. Tu réécoutes "New Song" et soudain "on était là, écoutant 60.000 personnes hurlant leur passion pour Metallica, pour leurs morceaux, et on pense pas qu'ils ne réagiront pas de la même façon avec ce titre ! Même si ça te rends claustro, car tu peux être pris au piège en interprêtant mal les retours des gens.


As-tu commencé à plancher sur des paroles ?

  
J'ai des phrases, ou des lignes pour imaginer à quoi ressemblera le titre fini.. J'ai abandonné le concept "Aller, satisfais tout les membres du groupe", je suis revenu au "C'est ce qui sort de mon crâne" Je pense que les gens s'identifieront à ça.
 

  

 
Les scans du magazine : Interview James + Review Wembley

 
 
Sentez vous que le temps tourne pour Metallica et qu'il est grand temps de refaire un classique ?
 
Bon, nous ne manquons pas d'idée, qu'est ce que je peux faire contre ça? J'écris des chansons, je joue des chansons et j'aime ça. Je sais qu'on ne rajeunit pas, inutile de tenter de nous voiler la face, et nous devrions faire moins de tournées que ce que nous faisons, mais quand nous faisons un disque, on le veux bon, ça a toujours été notre ligne directrice. . Je veux dire, on pensait que "St Anger" allait être étonnant, mais il s'avère que c'est davantage un instantané d'un moment X que de la musique qu'on apprécierait de jouer live.. C'était plus de l'ordre de l'exutoire, une façon d'évacuer toute cette merde pourrissant en moi afin d'aborder sereinement le prochain chapitre de Metallica.

Un grand merci à Shub pour la traduction

 
  

† Retour en haut de page

 
 

Interview James
Télévision norvégienne (10 juillet 2007)

 
Lien YouTube de l'interview : http://www.youtube.com/watch?v=0HOx8iqEuv8
 
 
Quelle sonorité aura le nouvel album ?
   
James : "Aussi bonne que nous le pouvons jusque là, je dirais, comme il en a toujours été le cas. Rick Rubin est réellement doué pour obtenir le meilleurs des artistes bossant avec lui, que ce soient les BEASTIE BOYS, NEIL DIAMOND, SLAYER ou SLIPKNOT… il touche à tout, il peut faire du rap, de tout! Quelquefois, il rentre dans le lard. Il a une bonne vibration, une bonne ouie, et nous imaginons que nous sommes dans le même cas. Certaines fois, il y a alors des petites tensions : on aime notre boulot comme on le réalise, et il en est de même pour lui. Avoir deux forces puissantes qui font un boulot ensembles.. je veux dire, que ça risque fortement de donner quelque chose d'assez étonnant. Il nous voit nous focaliser sur Master of Puppets— et peut se demander ce qui peut se tramer dans nos têtes, ce à quoi ça ressemblerait.. à la hargne entourant "Master of Puppets'."
 
 
Vous avez joué au Live Earth. Que pensez vous de cette crises climatique? Que peut faire Metallica pour aider ?
   
James : "J'ai volontairement évité la presse le jour du festival. Je ne suis pas complètement d'accord avec ce qui s'est passé. Les politiciens me rendent dingues, et j'aime pas parler de politiques. Les hommes politiques s'en tiennent à des choses, à la manière dont certains sujets peuvent être réglés.. Et y mêler notre musique est un truc que nous voulions faire. On a aucunement l'intention d'assombrir le tableau avec des histoires de 'Démocrates' ou 'Républicains'. Notre devise est "Pense à toi lorsque ton heure sonnera. Fais ce qui te sembles juste. Je suis persuadé que la race Humaine survivra. Je crois énormément en l'Homme surmontant et s'adaptant, quel que soit ce qui nous attends. Que ce soit fait de la main de l'Homme ou de celle de dieu, ou de notre mère la Terre, il existe quantité de gens biens sur cette planète pour tirer avantage d'une situation mal engagée."
 
 
Cela fait 25 ans que vous êtes ensembles. Qu'avez vous prévu ces 25 prochaines années ?
 
James : "Bah, qu'on arrive à 26, puis 27 et 28. Tu sais, c'est chaque chose en son temps. Un truc qui nous brancherait et d'être retenus pour les "Rock and Roll Hall of Fame in America". C'est un truc vraiment énorme. On y a joué l'an dernier pour Black Sabbath qui avaient décidé de ne pas jouer à cette occasion. On a déclaré que nous, nous irions jouer. [rires] C'était vraiment super. Tu sais ce qui est attirant, c'est l'histoire de cette cérémonie. Un tas de groupes y sont entrés, mais pas tant que ça sont juste là pour jouer ensemble, passer le bonjour et remercier. Si vous étiez partis pour durer 25 ans, soit vous haïriez les collègues, ou alors vous vous seriez séparés. On est donc vraiment fiers d'être encore là. Et il n'y a pas tant de groupes que ça qui peuvent se targuer de ça. Nous sommes réellement reconnaissant envers notre public."
 
 
Vous avez connu pas mal de difficultés sur le dernier album. Comment pensez vous faire ce nouvel album ?
 
James : "Il y a une chose que quelqu'un a dite à propos du dernier album, le fait de tout déballer, la thérapie, les discussions, le diverses crises.. de passer d'un extrême à l'autre, un coup se haïr puis s'enlacer.. C'est dingue, passez de l'un à l'autre comme ça. Les deux cas semblent surréalistes. On a besoin de vivre quelque part entre ces deux extrêmes, certaines fois c'est difficile d'équilibrer tout ça, surtout pour moi qui aime les extrêmes, ou du moins qui pense les aimer. Tout le boulot abattu sur "St Anger", certains ont dit qu'il ne ressortirait pas sur "St Anger", mais plutôt sur le disque d'après. Et ça me semble parfaitement sensé. 'St. Anger' était surtout une déclaration, comme un décrassage des sentiments. Ce futur album sonne davantage comme un travail de groupe, en harmonie, en conflit, en joie, en peine... Tout ça mélangé. Et on est en mesure de le faire, de surmonter ça. On a marché sur des braises, on a senti à quel point ça pouvait être chaud, et on n'a pas forcément besoin de le refaire."


Un grand merci à Shub pour la traduction ;)
Photo par Ross Halfin (www.rosshalfin.co.uk)

 
  

† Retour en haut de page

 
 

Interview James, Kirk & Rob
par Joel McIver (09 juillet 2007)

 
Beaucoup de fans de longue date se pose une question simple. Est-ce que ce nouvel album sera du trash metal old-school ?
   
Rob : "Il y a de tout mec ! Il y a du rapide. Il y a deux chansons où vous allez vous dire "Wow !" et je sais que vous allez aimer çà puisque çà a la saveur des vieux titres. Mais çà a cette sorte de groove et de puissance derrière çà que je pense que c'est nous aujourd'hui. Et puis il y a des choses que je définirais comme presque progressifs. [...] C'est dur de se faire une perspective extérieure. Mais quand il y a un mec comme Scott Ian de Anthrax qui est dans la pièce en train de nous attendre pour aller diner ou faire autre chose, et qu'il te dit "Rob, mec ! Ce riff est géant ! Quelle est cette chanson ? Est-ce sur l'album ?", des choses comme çà, je pense que nous faisons le bon truc. Je dois dire que l'attitude et la conviction du old school sont au rendez-vous, la rapidité, la puissance et un élément de groove qui est vraiment fort."
 
 
Contribuez-vous à l'écriture Rob ?
   
Rob : "Oui, et tous le monde contribue pour les riffs. Il y a plusieurs de mes idées là-dedans, et il y a une tonne d'idées de James, et beaucoup d'idées de Kirk. Kirk était beaucoup absent parce que sa femme a eu un bébé, donc souvent c'était juste James, Lars et moi. Donc pour moi, garder l'esprit de colaboration entre James et Lars a été très motivant. C'était vraiment bon de les voir tous les deux revenir à la méthode des débuts. L'esprit général de ses arrangements et ses idées est surement comme çà devait être en 1982."
 
 
Est-ce que le producteur Rick Rubin fait des suggestions à propos des chansons ?
   
Rob : "Oui, il fait des suggestions et fais le tri : certaines choses sont géniales, et certaines choses ne marcheront pas. - mais c'est OK. Beaucoup de ses propos ont été vraiment inspirants pour ramener le groupe à un esprit old-school, et permettre à Lars et James de progresser encore. C'est excitant, même si ce n'est pas comme si il n'y avait pas de contraintes : il y a un peu de çà, mais un peu de tension est bonne pour les chansons."

 
James et Kirk, vous avez tous les deux joué de la basse pour accompagner Rob avec Spinal Tap au Live Earth. Avez vous aimez çà ?
   
James : "[...] C'était cool. Rob a fait un solo à un moment qui était vraiment incroyable. J'avais envie de dire : "Pourquoi tu ne fais pas çà avec nos trucs ?! Come on !"."
Rob : "Quand tu joues avec tes doigts dans des climats froids, et que tu joues avec ces gars, çà te fais des crampes aux doigts. Jouer avec Metallica quand il fait froid, c'est tabou mec !"
James : "Metallica te donne des crampes"
Rob : "Nous avons un chiropracteur avec nous"
James : "C'est un docteur voodoo !"
Kirk : "C'est mon assistant personnel"
James : "Il te fais mal ailleurs, ce qui fait que finalement ton bras ne souffre pas tant que çà !"


Le site de Joel McIver : www.joelmciver.co.uk
Traduction : Lexxpowah

 
  

† Retour en haut de page

 
 

Interview Rob
Rock Hard - Grèce (22 Mai 2007)
 
Rock Hard : En ce moment, vous travaillez sur le nouvel album. A quel stade du processus d'enregistrement êtes vous en ce moment et quand pouvons nous espèrer la sortie ?
 
Rob Trujillo : Nous faisons actuellement un break. Nous venons juste de finir l'enregistrement des parties de batterie pour 14 chansons, et très prochainement, nous allons commencer à enregistrer dans le but d'être prêt pour la tournée à venir, puis en Août, nous serons de retour dans le but de reprendre l'enregistrement. De là à savoir quand l'album sortira, c'est difficile à dire... Au début, nous espèrions que tout serait prêt pour Octobre 2007, mais ça ne s'est pas passé ainsi. Nous avions planifié de sortir l'album en Mars 2008, mais le processus n'avançait pas suffisamment. La seule chose sûre est que à cette période, l'année prochaine, vous aurez le nouvel album de Metallica dans vos mains.
 
 
Rock Hard : Peux tu au moins nous dire si les deux nouvelles chansons jouées l'an dernier seront présentes sur l'album ?
 
Rob Trujillo : Je ne pense pas. Il y a des parties d'une des chansons qui pourraient être sur l'album, mais ça dépendra de quelles chansons seront finalement sur l'album. Nous ne pouvons pas être sûr, pas avant de s'assoir et écouter toutes les chansons terminées, et être certain que chacune d'elles sonnent à la perfection. Mais je peux te dire que ces 2 chansons spécifiques que tu as entendu, ne seront pas présentes, du moins dans cette forme. Cette affaire a un peu semé le trouble entre Lars et nous.
 
 
Rock Hard : Pourrais tu décrire le son du nouvel album ? Lars Ulrich, juste avant la parution de "St Anger", l'a - avec beaucoup de succès - décrit comme brut, sale, et pas raffiné. Peux tu trouver des adjectifs relatifs pour le nouvel album ?
 
Rob Trujillo : Je dirais que cet album est dynamique, heavy, groovie et tu seras probablement exité à l'idée de savoir qu'il y a des solos de guitare dessus ! De plus, Lars s'est rappelé comment régler proprement sa batterie cette fois ci ! Pour moi, cet album incorpore une partie du dynamisme et du caractère de Master Of Puppets, avec tout aussi bien le style mélodique que les gens ont apprécié sur le Black Album, et aussi loin que cela concerne les mélodies. Et pour le style musicale, la plupart du materiel actuel enregistré est groovie, heavy, dynamique et interressant. Je dirais que c'est différent de St Anger, d'un point de vue positif bien sûr."


Traduction : Lexxpowah

 




   CONTACT
   LIVRE D'OR
   LIENS INTERNET
   A PROPOS DU SITE


 

Dossier :
Le prochain album ...

 
Grand changement pour le prochain album des Mets' ! Exit Bob Rock, c'est Rick Rubin qui se charge de la prod'.

D'après les récentes déclarations du groupe, il devrait sortir vers le printemps 2008 ...

 
TOUT CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LE PROCHAIN ALBUM ...